fermer

Rejoignez le Carbon Club Aktio !

1 email par mois, 2 articles de fond

Merci, votre inscription à bien été prise en compte !
Il semblerait qu'une erreur soit survenue, veuillez réessayer !
arrow_purple
Retour aux articles

L’éco-conception, outil de réduction de votre empreinte carbone

Pour réduire leur impact environnemental, de plus en plus d’entreprises font le choix de l’éco-conception. Et pour cause : tout en étant vertueuse, la démarche s’avère également rentable et compétitive. Mais comment procéder ? On fait le point dans cet article.

Eco-conception : de quoi parle-t-on ?

L’éco-conception est une démarche “produit” qui vise à réduire les impacts tout au long des  étapes du cycle de vie du produit : extraction des matières premières, production, distribution, utilisation et fin de vie. L’Analyse du Cycle de Vie (ACV) constitue à ce jour la méthode de référence pour quantifier ces impacts et s’assurer de l’exhaustivité de la démarche.

Si les prémices de l’éco-conception remontent aux années 1970, sa première définition “officielle” date de 2002 avec la parution de la norme XP ISO/TR 14062 sur le management environnemental

L’éco-conception y est définie comme l’”intégration des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produits avec pour objectif la réduction des impacts environnementaux négatifs tout au long du cycle de vie d’un produit”.

En résumé, l'éco-conception vise à réduire, de manière préventive, les impacts environnementaux d’un produit ou service tout en conservant ses qualités d’usage. Il s’agit d’une démarche globale qui est à la fois :

  • multi-étapes : elle prend en compte toutes les étapes du cycle de vie d’un produit, de sa conception à sa fin de vie ;
  • multi-critères : elle tient compte de tous les impacts environnementaux (consommations de matières premières, rejets dans les milieux naturels, impacts sur le climat et la biodiversité, etc.) ;
  • multi-acteurs : l’éco-conception implique l’ensemble des parties prenantes pour pouvoir être efficace (fournisseurs, réparateurs, consommateurs, utilisateurs, etc.).

🐓 La France pionnière
La France, par l’intermédiaire de l’ADEME, a posé les jalons de cette première définition en rédigeant en 1998 la première documentation sur le sujet et en assurant le secrétariat de la rédaction de la norme ISO 14062.

L'éco-conception vise à réduire l'impact environnemental d'un produit, de sa conception jusqu'à sa fin de vie.

Quels avantages à l’éco-conception

Mettre en place une démarche d’éco-conception est à la fois vertueux et rentable pour les entreprises. En effet, au-delà de l’impact environnemental positif, elle permet d’améliorer leur image mais aussi de réduire les coûts de production.

Anticiper la réglementation

L’un des principaux enjeux de l’éco-conception est de respecter les exigences réglementaires sur le cycle de vie du produit, voire de les anticiper.

En effet, le cadre réglementaire évolue rapidement et concerne toujours davantage de secteurs d’activité. Ainsi, même pour les entreprises qui ne sont pas encore concernées, il y a fort à parier qu’elles le seront dans quelques années. On peut citer l’exemple du secteur de la construction pour lequel l’analyse du cycle de vie est devenue une véritable obligation suite à l’entrée en vigueur de la RE 2020.

Réduire son empreinte carbone

Autre avantage et non des moindres : la réduction de son bilan carbone et plus globalement les gains environnementaux. En effet, éco-concevoir un produit ou un service vise à réduire les impacts sur tout son cycle de vie. Cela peut passer notamment par :

  • La réduction de l’utilisation des matières premières et des chutes/pertes
  • La réduction de la consommation d’énergie
  • Un sourcing plus local des matières première, limitant les transports
  • Une plus longue durée de vie du produit
  • Une meilleure réparabilité, anticipée dès la conception
  • Etc.

Autant de points qui impacteront positivement l’empreinte carbone de l’entreprise et lui permettront de définir une trajectoire carbone plus ambitieuse.

Réduire ses coûts de production et réduire les risques

Une étude du Pôle Eco-conception et de l’Institut de développement de produits (IDP) a montré que l’éco-conception est un aout pour la compétitivité des entreprises. 96% des entreprises interrogées ont ainsi déclaré que l’éco-conception avait un effet positif sur les profits de l’entreprise, avec une marge par produit plus élevée de 12%. 

💡 La rentabilité augmente avec l’intensité de la démarche d’éco-conception. Plus l’entreprise prend en compte un grand nombre d’étapes du cycle de vie du produit, plus la rentabilité sera élevée.

En visant notamment à s’affranchir de l’utilisation de certaines matières premières (fossiles), l’éco-conception permet également de réduire les risques liés à l’approvisionnement : pénuries de matières premières, délais de livraisons imprévus, augmentation du prix des fossiles, etc. Un point à ne pas négliger à l’heure où les crises se multiplient dans le monde (pandémie de Covid-19, guerre en Ukraine, etc.).

Améliorer son image de marque

Engager une démarche d’éco-conception permet aussi à l’entreprise d’améliorer son image de marque, par exemple via des démarches de labellisation ou d’affichage environnemental. Or, une image “responsable” signifie également :

  • un avantage commercial grâce à l’affichage environnemental et aux labels (Ecolabel européen, etc.)
  • une meilleure réponse aux attentes des consommateurs
  • un recrutement facilité à l’heure où le critère écologique apparaît toujours plus comme un critère important de choix d’une entreprise
  • de meilleures relations avec les parties prenantes

Fédérer ses équipes autour d’un projet innovant et vertueux

Pour être couronnée de succès, la démarche d’éco-conception doit impliquer toutes les parties prenantes mais aussi les salariés. Un bon moyen de rassembler les équipes autour d’un projet ambitieux mais aussi d’encourager la créativité et l’innovation.

💡 Dans le cadre de l’étude sur la profitabilité de l’éco-conception, 58% des entreprises ont répondu qu’une retombée importante de la démarche était “l’augmentation de la motivation ou de la fierté des employés.”

L'éco-conception permet d'améliorer sa compétitivité et son image de marque, de réduire ses coûts, ses risques et son empreinte carbone.

Eco-conception : quelle réglementation ?

Face à la dégradation de l’environnement et la tension toujours plus grande sur les matières premières, des réglementations ont progressivement été mises en place pour obliger certains acteurs à éco-concevoir leurs produits.

La réglementation européenne

Au niveau européen, on trouve en particulier :

  • La Directive Ecodesign (2009/125/CE) qui fixe des exigences d’écoconception (e.g. performance énergétique minimale, recyclabilité) pour les produits liés à l’énergie : moteurs électriques, climatiseurs et ventilateurs de confort, éclairage domestique, etc.
  • Le Règlement 2017/1369/CE qui encadre l’étiquetage énergétique des produits pour faciliter le choix du consommateur, avec une échelle de couleurs en fonction de la performance énergétique des produits : téléviseurs, appareils de chauffage et climatisation, etc.

La réglementation française

Au niveau national, l’éco-conception est notamment réglementée dans le cadre de la responsabilité élargie du producteur (REP). La REP implique que le responsable de la mise sur le marché d’un produit doit contribuer à la gestion des déchets issus de ce produit. Les producteurs concernés ont deux options :

  • créer un éco-organisme auxquels ils versent une contribution financière
  • mettre en place un système individuel de collecte et traitement des déchets

💡 Quasiment tous les produits de grande consommation ont vocation à être concernés par la REP, à l’exception des produits alimentaires :

  • équipements électriques, électroniques et piles
  • meubles, textiles et habits, articles de sport, de bricolage, emballages, imprimés papiers
  • matériaux de construction, produits chimiques
  • médicaments et dispositifs médicaux, textiles sanitaires
  • tabac…

La loi AGEC de 2020 a rendu obligatoire pour tout producteur concerné par la REP de mettre en oeuvre un plan de prévention et d’éco-conception pour :

  • réduire l’usage des ressources non-renouvelables
  • augmenter l’utilisation de matières recyclées
  • augmenter la recyclabilité des produits dans des installations de traitement.

Ce plan, qui peut être individuel ou commun à plusieurs producteurs, doit définir les objectifs et actions de prévention et d’éco-conception à mettre en œuvre sur 5 ans. 

Les normes

Au-delà des textes réglementaires, plusieurs normes font référence directement ou indirectement à l’éco-conception. Leur respect permet parfois de bénéficier d’une présomption de conformité à la réglementation européenne. On peut citer notamment :

  • la norme ISO 14062 qui constitue le standard normatif de l’éco-conception ;
  • la norme ISO 14006 : 2020 qui vise l’intégration de l’éco-conception dans un système de management environnemental ;
  • la norme ISO 14001 sur le management environnemental.

Comment mettre en place une démarche d’éco-conception ?

Définir son niveau d’ambition

Il n’existe pas une seule manière de mettre en œuvre l’éco-conception. L’approche peut être à la fois :

  • technique (nouveaux procédés de fabrication, nouveaux matériaux) ;
  • commerciale (changement du mode de distribution, évolution du business model vers une économie de la fonctionnalité) ; 
  • organisationnelle (par exemple, par le développement de partenariats).

L’entreprise doit également s’interroger sur son niveau d’ambition et si elle souhaite mettre en œuvre une démarche multi-critères ou mono-critère (pour des raisons, par exemple, de moyens ou de coûts). 

Dans son Guide pratique sur l’éco-conception, la CGPME identifie quatre niveaux d’éco-conception :

  • Niveau 1 : amélioration du produit (biens ou services) sans modification majeure de technologie (ex : élimination de substances dangereuses, moteur plus efficient, etc.)
  • Niveau 2 : reconception de l’architecture du produit
  • Niveau 3 : innovation fonctionnelle : création d’un nouveau concept de produit ou d’une nouvelle technologie
  • Niveau 4 : innovation au niveau du système produit/service

Il s’agira également de s’interroger sur la largeur de la gamme de produits qui sera couverte par la démarche d’éco-conception. L’entreprise pourra ainsi décider de se focaliser sur :

  • un seul produit ;
  • une famille de produits ;
  • tous les produits de l’entreprise.

Réaliser une étude d’impact produit

Dans le cadre d’une approche multi-critères, il s’agira de mener une évaluation globale du cycle de vie du produit et de l’ensemble de ses impacts environnementaux grâce à une analyse du cycle de vie (ACV).

Analyse du cycle de vie d’un blouson de ski

Source : Les cahiers développement durable

A ce stade de la démarche, il pourra aussi être judicieux de réaliser un bilan carbone pour quantifier l'impact de l'ensemble des produits de l'entreprise.

Dans le cadre d’une approche mono-critère, l’entreprise visera au contraire à réduire l’ampleur d’un ou plusieurs problèmes identifiés. Il s’agit ainsi de réduire certains impacts environnementaux du produit ou service, en veillant toutefois à ce que le gain environnemental ne se fasse pas au détriment d’autres aspects environnementaux.

Exemples d'arbitrages entre plusieurs facteurs d'impacts environnementaux :

  • Textile : eau vs. gaz à effet de serre
  • Alimentation : biodiversité vs. gaz à effet de serre
  • Mobilité : terres rares (batteries) vs. gaz à effet de serre

S’assurer de la pérennité de la démarche d’éco-conception

Plusieurs facteurs vont favoriser le succès de la démarche, en particulier :

  • un soutien dans la durée de la direction de l’entreprise ;
  • la formation et la montée en compétence des équipes
  • la prise en compte de toute la chaîne de valeur et de l’ensemble des parties prenantes ;
  • une communication efficace, en veillant à respecter les conditions d’utilisation du terme “éco-conçu” pour éviter tout greenwashing…

Exemples et ressources utiles

🔨 Boîte à outils 🔨

Quelques exemples de démarches d’éco-conception

Habitat :

Energie :

Mode :

  • TALE ME : L’économie de la fonctionnalité des vêtements au service d’une durabilité programmée
  • Window Mannequins : Des mannequins de vitrine éco-conçus